Article de Véronique Giroud

le vrai est ce qu'il peut ; le faux est ce qu'il veut
retour sur "figure, figurants"

 

/ télécharger l'article au format pdf /


Plus de détails

3,00 € TTC

DE10-A09



« La ville reprend avec elle le ciel et l’eau au point de pouvoir
se figer avec eux dans la pure apparence d’un décor ».

Charles Baudelaire.

 

Proximité du décor urbain ; extériorité.

« Pourquoi abandonner le boulevard ? on a cent pas à faire : l’univers est là », la bohème mondaine s’y donne rendez-vous. Comme « quelques-uns des faubourgs parisiens sont les asiles géants des petites gens », le boulevard expose la séparation. Il s’instaure comme lieu d’un privilège d’extériorité où « on se reconnaît ». Le décor urbain formalise ce privilège d’extériorité et marque l’abandon du recul du temps et de l’espace. Cette promotion du décor urbain est en partie le fait de la littérature qui fait accéder le décor lui-même à une qualité épique. Insistant sur la nature de cette proximité inédite, Roger Caillois souligne [...]